Les conseils de votre pharmacien en ligne pour protéger votre audition

Nos oreilles perçoivent les sons autour de nous et nous permettent d’appréhender notre environnement. Mais en même temps, elles sont particulièrement sensibles au bruit. Malmené au cours de notre vie, notre capital auditif diminue au fil du temps. Comment le protéger le plus longtemps possible ?

Le son, une question de bonnes vibrations

Le son est une onde qui se propage sous forme de variation de pression. Il est défini par trois différents facteurs :

  • Sa fréquence : nos oreilles perçoivent des sons allant de 16 hertz (Hz) jusqu’à 20 000 Hz ;
  • Son intensité, exprimée en décibels (dB) ;
  • Sa durée.

Les ondes sonores pénètrent dans nos oreilles et font vibrer nos tympans. À leur tour, ils font vibrer l’oreille interne où se trouve la cochlée, notre organe de l’audition. Ses cellules transforment les vibrations en influx nerveux que le nerf auditif achemine jusqu’au cerveau.

Quand le son devient bruit, attention danger

Le son devient bruit lorsqu’il est gênant ou nocif pour notre système auditif. Dans la nature, peu de sons sont si forts qu’ils sont nocifs, mais dans notre environnement moderne, ce n’est pas le cas. Malheureusement, nos oreilles n’ont pas évolué de manière à nous protéger efficacement de ces bruits.

Lorsque l’intensité des bruits dépasse les capacités de réception de nos oreilles, il y a danger. Cette intensité est exprimée en décibels (dB) :

  • Au-dessous de 85 dB, il n’y a pas de risque pour l’audition. Un aspirateur ou le ronflement d’un dormeur atteignent aisément ces valeurs ;
  • À partir de 85 dB, le son est nocif. Et plus il y a de décibels, plus le danger augmente. Dans les discothèques, le son avoisine souvent les 100 dB.

Les risques ? Une exposition prolongée aux bruits forts peut causer une fatigue auditive passagère, des acouphènes, un traumatisme auditif irréversible, voire la rupture du tympan. Vous êtes exposé aux bruits nocifs si :

  • Vous ne pouvez pas discuter sans crier avec un interlocuteur situé à un mètre de vous ;
  • Un automobiliste entend le son de votre autoradio alors que les vitres de son véhicule sont fermées ;
  • Lorsqu’un voyageur dans le train ou le bus entend distinctement la musique qui s’échappe de vos écouteurs.

Quelques exemples de sons et de leur nombre de décibels de la vie quotidienne
  Durée max Décibels (dB)  
Avion au décollage à 100 mètres < 1 minute 130  
Proximité des baffles en concert  1 minute 120 / 1
Limite réglementaire dans les discothèques 45 minutes 105 Seuil de douleur
Klaxon – marteau-piqueur à 2 mètres  2 h 100 / 2
Sirène de police  7 h 95 Seuil de danger / 3
Aboiement – tondeuse à gazon 20 h 90  
Cantine scolaire  40 h 85 Seuil de risque / 4
Rue à fort trafic – aspirateur   80  
Salle de classe bruyante – ronflement   70  
Marché animé – imprimante   60  
Restaurant paisible   50  
Appartement calme   40  
Chambre à coucher   30  
Tictac d’une montre – vent léger dans les arbres   20  
Bruissement d’une feuille   10  
Seuil d’audibilité   0  

1 / La rupture du tympan : surtout des bruits de type impulsion sont extrêmement dangereux. Des sons purs de hautes fréquences comme les sons aigus d’une sono lors d’un réglage ou les explosions d’arme à feu. Ils peuvent provoquer une rupture immédiate du tympan accompagné d’une douleur très vive. La surdité peut alors être définitive.
2 / Le traumatisme auditif : provoqué par l’exposition à des bruits violents, de façon unique ou répétée. C’est une atteinte irréversible de la cochlée. La récupération auditive est impossible, car les cellules ciliées de la cochlée sont peu à peu détruites (la surdité s’installe). Cela peut aussi s’accompagner d’acouphènes (sifflements, bourdonnements).
3 / L’effet de masque : présence de très basses fréquences qui masquent des fréquences plus élevées (p. ex. essayer de comprendre une conversation dans un lieu bruyant). Peut causer une fatigue auditive, des problèmes d’orientation et une baisse de l’attention.
4 / La fatigue auditive : sensation de baisse passagère de l’audition avec sifflements et bourdonnements (acouphènes). Elle apparaît après une exposition prolongée à un bruit fort (à partir de 60 dB) et disparaît après un temps de repos dans le calme.

Protégez vos oreilles

La cochlée, organe de l’audition, ne comprend que 15 000 cellules environ. C’est très peu comparé aux millions de cellules de nos yeux. Les précieuses cellules de l’audition sont très fragiles et ne se renouvellent pas. À protéger, donc ! Quelques conseils :

  • Contrôlez toujours le niveau sonore de votre baladeur, chaîne hi-fi ou autoradio ;
  • N’écoutez pas de la musique au casque plus d’une heure par jour ;
  • Toutes les heures, faites des pauses de 10 minutes dans le silence ;
  • Après un concert ou une soirée en discothèque, laissez vos oreilles se reposer au moins 12 heures ;
  • Utilisez toujours les bonnes protections auditives si vous êtes exposé à des nuisances sonores.

Source : Quies