Conseils de votre pharmacien en ligne contre les maux des vacances

L’été est presque là, alors temps de planifier vos projets de vacances. Êtes-vous un vrai globetrotteur ou préférez-vous rester près de la maison ? Même si vous n’allez pas loin, mais surtout si vous allez dans un pays lointain, c’est très important d’être bien préparé avant de partir en vacances. Pensez par exemple aux vaccins pour les pays tropicaux, mais aussi à une pharmacie de voyage bien remplie. Votre pharmacien en ligne vous présente les maux de voyage les plus communs :

La diarrhée

Vous connaissez le sentiment, vous êtes en vacances et vous voyez quelque chose sur le menu que vous ne connaissez pas, mais que vous aimeriez essayer. Mais beaucoup de ces plats étrangers sont souvent pas mal plus épicés que les plats que vous mangez chez vous, et avant de le savoir, vous avez la diarrhée. Et non seulement les épices ou les ingrédients étranges, aussi les plats mal préparés ou la viande mal cuite peuvent mener à la diarrhée. Et même pas besoin d’aller à l’autre bout du monde, faire du camping avec un petit feu ou une cuisine improvisée est souvent assez. (La diarrhée pendant vos vacances ? Non, merci ! Découvrez nos conseils contre la diarrhée dans notre blog précédent.)

Les problèmes de peau

Quand vous êtes en vacances, vous n’êtes probablement pas trop préoccupé par la prudence ou par les soins d’une plaie. Pourtant, si vous allez faire des randonnées en forêt ou si vous allez faire du canyoning ou de l’alpinisme, une éraflure ou écorchure ne sont jamais loin, surtout si vous êtes pieds nus ou si vous portez des tongs. Sans oublier ces piqûres de moustiques. Mais une piqûre de moustique égratignée ou une plaie mal soignée peuvent facilement causer une infection cutanée, avec toutes ses conséquences.

Le jetlag

Beaucoup de gens n’aiment pas prendre l’avion, sans même mentionner le jetlag accompagnant. Quand vous partez vers l’ouest, par exemple le Canada ou les États-Unis, le jetlag vous affectera moins, parce que, à cause du décalage horaire, vous n’atterrissez qu’environ deux heures après le départ de votre vol, une longue journée, mais rien qui ne puisse être guéri par une bonne nuit de sommeil. Si par contre, vous voyagez à l’est (par exemple l’Asie, mais aussi en revenant de l’Amérique de Nord), vous êtes plus sensible au décalage horaire, parce que la plupart de ces vols partent le soir et quand vous arrivez dans votre nouveau fuseau horaire, il est déjà matin. Vous êtes fatigué, mais vous savez que si vous allez vous coucher, vous perturberez encore plus votre rythme. (Cliquez ici pour plus de conseils pour lutter contre un jetlag.)

Le mal des transports

Si vous décidez de partir en vacances en voiture ou en car et vous êtes assis inconfortablement pendant des heures, vous ou bien vos enfants risquerez d’avoir mal au cœur. Et ce risque existe également en bateau ou en avion. La motion d’une voiture, les vagues de l'océan et la turbulence affectent les signaux transmis par votre organe de l’équilibre à votre cerveau, provoquant des nausées. Vous savez que vous ou vos enfants êtes sujets au mal des transports ? N’oubliez pas de contacter votre médecin avant de partir. Astuce : le meilleur endroit pour éviter le mal des transports sont à l’avant de la voiture ou du car et au milieu de l’avion.

Le mal des montagnes

Êtes-vous un vrai aventurier et vous allez grimper l'Himalaya ou faire l’Inca Trail vers Machu Picchu cette année ? Nous vous souhaitons bonne chance, mais faites attention au mal des montagnes. À cause d’une montée en altitude qui se produit généralement rapidement (souvent plus de trois kilomètres dans les premiers jours après votre arrivée), beaucoup de gens qui ne sont pas habitués à ce type d’efforts, ont des symptômes tels que troubles respiratoires, insomnie et maux de tête. Le meilleur remède est de monter lentement en altitude (moins de 500 mètres par jour à partir de deux kilomètres, même si ce n’est pas toujours possible en cas d’un voyage organisé). Assurez-vous également de boire suffisamment d’eau pour éviter la déshydratation. Pour les altitudes de plus de trois kilomètres, il est conseillé de boire entre trois et quatre litres par jour ! Astuce : une bonne condition physique est très importante si vous prévoyez des efforts aussi extrêmes.

Contrôlez avant de partir donc bien notre checklist et partez en vacances l’esprit tranquille !