Les conseils de votre pharmacien en ligne pour les médicaments et l’alimentation

Les médicaments ne font pas toujours bon ménage avec ce que nous mangeons. En effet, certains aliments peuvent accentuer les effets indésirables d’un médicament ou bien diminuer son efficacité. Mais quelles sont les combinaisons à éviter ? Et quels sont les dangers ? Faisons un petit tour d’horizon.

Médicaments : quelles interactions avec les aliments ?

Si vous devez prendre des médicaments, lisez toujours attentivement la notice afin de connaître tous les risques et les effets secondaires éventuels. La notice vous informera au même temps du meilleur moment de la journée pour prendre vos médicaments, par exemple le matin ou le soir, à jeun ou bien au moment du repas. Le moment de la prise influence à la fois l’assimilation et l’action de votre médicament et la vitesse de l’action. Et bien que l’impact ne soit pas aussi important pour tout médicament, c’est toujours une bonne idée de suivre les indications dans la notice ou de votre pharmacien.

Cependant, « au moment du repas » ne veut pas dire que tous les médicaments sont à combiner avec n’importe quel aliment. Quelles sont les combinaisons à éviter et pourquoi ? Voici les cinq interactions les plus importantes entre vos aliments et votre médicament à retenir :

  • L’alcool : c’est bien connu, il faut éviter l’alcool lorsqu’on prend des médicaments. Il faut savoir que l’alcool perturbe l’action de certains médicaments et, inversement, que certains médicaments amplifient les effets de l’alcool. En plus, l’alcool limite l’absorption de certains médicaments et/ou accélère leur élimination par l’organisme, rendant ainsi ces médicaments moins efficaces. Et dans certains cas, le contraire est vrai : l’alcool peut retarder l’élimination de certains médicaments qui resteront alors plus longtemps présents et donc « disponibles » dans l’organisme, ce qui va amplifier non seulement leurs effets, mais aussi leurs effets indésirables. Une des combinaisons les plus connues - et les plus dangereuses - est l’alcool en combinaison avec les antalgiques puissants. L’alcool et les antalgiques ont une action sédative qui est renforcée en cas de prise simultanée. Vous n’êtes pas sûr(e) si vous pouvez prendre un certain médicament avec de l’alcool ? Demandez toujours conseil à votre médecin ou votre pharmacien.
  • Le (jus de) pamplemousse : outre l’alcool, probablement la combinaison la plus connue. Le pamplemousse (ou pomélo) contient des substances qui peuvent inhiber les enzymes ou les protéines qui aident à la métabolisation de certains médicaments. Vous pouvez en lire plus dans notre blog précédent.
  • Les produits laitiers : le calcium contenu dans les produits laitiers peut nuire à l’efficacité de certains traitements antibiotiques, médicaments de la thyroïde et médicaments contre l’ostéoporose. Le calcium qu’ils contiennent, forme un complexe insoluble avec le médicament, le rendant inefficace. Dans ce cas, le fait d’espacer la prise de votre médicament et la consommation du produit laitier permet généralement d’éviter l’interaction.
  • La vitamine K : certains anticoagulants, comme la warfarine, agissent en empêchant la fabrication de la vitamine K au niveau du foie. Les aliments riches en cette vitamine ont donc pour effet de contrecarrer leur action. Les aliments riches en vitamine K incluent les légumes à feuilles vertes, les choux verts, le foie, les lentilles et le thé vert. Un surdosage en vitamine K peut à son tour causer une thrombose, la formation d'un caillot (ou thrombus) dans une veine ou une artère obstruant la circulation du sang.
  • Les agrumes : les agrumes (comme le citron, le citron vert et l’orange) doivent être évités avec les anti-inflammatoires ou l’aspirine, sous risque de brûlures d’estomac ou de reflux acides. Prenez-les de préférence au milieu du repas, c'est-à-dire mélangés au bol alimentaire, pour limiter ces effets.

Certains compléments alimentaires peuvent également causer des interactions avec votre médicament. Par exemple, les compléments alimentaires à base de calcium ou de fer peuvent, de la même manière que le calcium dans les produits laitiers, former de tels complexes. La prudence est également de mise pour les compléments à base de millepertuis (un antidépresseur doux), car ils peuvent accélérer la métabolisation de certains médicaments, rendant inefficaces entre autres les contraceptifs oraux.

Pas nécessairement liée à l’alimentation, mais quand même une interaction à noter de certains médicaments est celle avec le soleil. Ces médicaments peuvent, sous l’influence des rayons UV, causer une sensibilité à la lumière (les médicaments dits « photosensibilisants »), causant des démangeaisons et des vésicules.

Informez-vous

Afin de minimiser les risques, il donc très important de bien vous informer. En plus, certains médicaments devraient automatiquement vous alarmer, comme les anticoagulants, la lévothyroxine (un médicament de la thyroïde) et les médicaments contre le cancer.

Lisez toujours attentivement la notice de vos médicaments ou demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien. Et demandez aussi l’avis de votre pharmacien si vous souhaitez écraser un médicament et le mélanger à un liquide. Tous les médicaments ne peuvent pas être administrés de cette façon.