Conseils de votre pharmacien en ligne contre les parasites

Plus tôt cette semaine, nous vous donnions déjà quelques conseils pour protéger vous et vos enfants contre l’encéphalite à tiques, mais pendant les mois chauds, vos animaux de compagnie courent eux aussi un risque plus élevé de retourner à la maison avec des parasites, tels que les puces, les tiques et les vers. Votre pharmacien en ligne vous aide à protéger votre ami à quatre pattes et explique ce qu’il faut faire en cas d’infestation.

Protection préventive contre les parasites

Contrairement à ce que l’on croit souvent, un traitement antiparasitaire efficace doit être administré toute l’année durant. Le risque d’infestation dépend beaucoup du mode de vie de l’animal. Un chat qui ne sort pas, par exemple, y est logiquement beaucoup moins exposé qu’un chien qui joue souvent dans les champs et les bois et qui entre en contact avec des animaux sauvages. Les parasites les plus courants sont les puces, les tiques et les vers :

Les puces

Les puces peuvent sembler inoffensives car elles ne font « que » provoquer des démangeaisons. Pourtant, les puces peuvent avoir bien d’autres conséquences néfastes. Chez certains chiens et chats, les puces provoquent une réaction allergique, notamment à la salive de la puce. Dans ce cas, les démangeaisons sont terribles et la peau est d’une rougeur extrême. Dans les cas graves, même une seule puce peut provoquer une réaction allergique. Plusieurs piqûres de puces peuvent même donner lieu à des blessures susceptibles de s’enflammer.

Les puces peuvent aussi être responsables de la transmission de maladies infectieuses et des bactéries, parce qu’elles sautent d’un animal à l’autre. En plus, un grand nombre de puces ont en elles des œufs de ténia. En léchant son poil, un chien ou un chat peut avaler des puces, courant ainsi le risque d’avoir le ténia.

Conseil : traitez votre animal contre les puces tout au long de l’année car les puces sont également actives en hiver.

Les tiques

Les tiques sont présentes un peu partout en Europe et peuvent transmettre diverses maladies graves. L’infestation est saisonnière, avec des pics au printemps et à l’automne. À chaque stade de leur cycle de vie, les tiques recherchent activement un nouvel hôte, cachées dans l’herbe ou les buissons bas. Les tiques femelles gorgées de sang se remarquent généralement très facilement, mais les mâles et les femelles qui ne se sont pas encore nourries sont plus difficiles à détecter.

Conseil : retirez les tiques visibles le plus rapidement possible à l’aide d’une pince à tiques. Il conviendra par ailleurs de traiter l’animal infecté à l’aide d’un acaricide, les larves et nymphes (et même certaines tiques adultes) étant difficiles à repérer dans le pelage.

Les vers

Et finalement, il y a les parasites internes, comme le ver du cœur, le ténia et le ver des poumons. Les chats sont moins sensibles au vers que les chiens. La plupart des infestations sont causées par l’ingestion des excréments ou des animaux sauvages, tels que les souris et les escargots, et par une infection par les moustiques, qui portent en eux les œufs des vers. En plus, les chiots peuvent contracter des vers in utero ou au travers du lait maternel.

Les infestations légères sont souvent sans conséquences pour l’animal, mais les infestations plus graves peuvent entraîner des troubles gastrointestinaux (les ténias) ou l’inflammation et obstruction des artères pulmonaires ou coronaires (les vers des poumons ou du cœur). Dans certains cas, l’infestation peut être transmis à l’homme (les risques liés à une infestation de vers sont beaucoup plus sérieux pour nous).

Conseil : vermifugez régulièrement votre animal :

  • Chiots : à 2, 4, 6 et 8 semaines puis tous les mois jusqu’à l’âge de six mois.
  • Chatons : à 3, 5 et 7 semaines puis tous les mois jusqu’à l’âge de six mois.
  • Animaux allaitants : en même temps que les petits qu’elles nourrissent.
  • Autres animaux : au moins quatre fois par an, de préférence tous les mois dans les familles avec de jeunes enfants.

Protéger votre animal domestique sans pesticides

Et comme toujours : mieux vaut prévenir que guérir. Au lieu de traiter une infestation ou une piqûre, assurez-vous que ces parasites agaçants restent à l'écart de votre animal de compagnie, par exemple avec un pendentif à son collier qui émet des impulsions ultrasoniques.

Au cas où il serait trop tard, vous ne voulez que le meilleur pour votre animal de compagnie. Vous n’êtes probablement pas rapidement séduit par les ingrédients chimiques de la plupart des traitements antipuces, alors pourquoi ne pas essayer une alternative sans substances chimiques ou pesticides, comme un shampooing ou un traitement qui immobilise les parasites.

Laissez votre ami à quatre pattes sortir de la maison en toute sécurité, sans le risque de tomber en proie aux parasites !